Javascript doit être activé, cliquez ici pour savoir comment activer le javascript.
Aide
Plan du site
Ajouter aux favoris
Connexion
Les Chemins du Bocage
Foret Andaines, ONF Routes Forestières, chemins ruraux
587150 pages visitées.
1 visiteur en ligne.
Les Chemins du Bocage
Actualités
Pierre du PONTAVICE, Officier de la Légion d'Honneur
Interne
Auteur : Anonyme
Dernière modification : 20/04/2012.
Ancien Directeur de la Fédération des Parcs Naturels de FRANCE, rejoint la lutte des Chemins du Bocage pour maintenir l'ouverture, des routes communales ''dites forestières'', à tous les usagers. Dans son courrier (original en pj), il apporte son témoignage sur l'historique des goudronnages et la stratégie politique de l'époque. Nous le remercions bien vivement pour sa collaboration et nous appelons tous les usagers et les élus concernés à RESISTER.
Au cours des dernières semaines l'ONF, contre toute légitimité, a ''rançonné'' les communes riveraines pour participer à l'entretien des routes en les menaçant de fermer les routes si les conseils municipaux ne votaient pas favorablement ?? Que vont devenir les routes sur la commune de Champsecret dont Mme le Maire, alliée objective de l'ONF, a fait voter contre une participation?? Il est vrai qu'un vote positif aurait déclenché une demande d'arbitrage auprès du Tribunal Administratif.
Qui veut dépenser le MILLION d'euros en plus? L'ONF qui depuis 10 ans perçoit une subvention annuelle de 90000€ dont l'utilisation reste floue, ma grand mère aussi disait ''Quand c'est flou c'est qu'il y a un loup''!!!

Grâce aux archives photographiques de notre Président, nous pouvons dater assez précisément certains travaux de goudronnage:
Juillet 1966 la route de Champsecret à l'Etoile était en terre (photo de la Floride 73 GT 27)
Avril 1968 la route de la Bonde du Vivier était en terre
Avril 1968 les routes de Champsecret, de la Coulonche venaient d'être goudronnées


Pierre du PONTAVICE 3/2/2012
61140 BAGNOLES de l’ORNE


Monsieur le Président,

Je suis avec intérêt le travail que vous menez pour maintenir ouvertes les voies de circulation en forêt domaniale, notamment d’Andaines.
Je pense qu’il peut être utile que je vous rende compte des souvenirs qui me restent de l’époque ou, chargé de mission pour la mise en route du Parc Naturel Régional Normandie Maine, je participais aux travaux ayant trait à un ces problèmes à la Préfecture de l’Orne.
Il était évident pour tout le monde que les forêts d’Andaines, d’Ecouves, de Sillé le Guillaume et de Perseigne étaient les points forts du futur Parc Naturel et qu’il était souhaitable d’en faciliter l’accès pour permettre à tous de mieux les connaitre et d’en faire un des éléments clefs de la découverte de la richesse naturelle de cette région.
A l’époque, les routes forestières n’étaient pas goudronnées et les voitures automobiles s’y aventuraient rarement, sous la pression du Secrétaire Général de la Préfecture (Mr Jézequiel) (le Préfet Mr Henreschmich, souffrant, était absent), à la demande du Président de l’Office du Tourisme présidé par Mr Turmel de Bagnoles de l’Orne (son Directeur était Mr Deboum d’Alençon) il fut décidé de demander au Conseil Général d’envisager le goudronnage de l’ensemble de ces routes. Le Conseil Général ayant donné son accord ce fut Mme Mercier, Chef des Services, qui fut chargée de suivre le dossier et d’établir le plan de financement avec Mr Périer Directeur du service départemental de l’ONF à cette époque.
C’est Mr Périer qui envisagea alors d’aménager des aires de parking et de pique-nique pour encourager les visiteurs à y laisser leurs voitures et à se promener à pied en forêt.
C’est Mme Mercier qui fur chargée d’entrer en rapport avec les collectivités locales propriétaires de la plupart de ces routes et auxquelles je crois me rappeler, une faible participation financière, fur demandée. Mr Périer quand à lui insiste sur fait que ces routes devraient être signalées F (forestière) et soumises à une restriction de vitesse de 50kmh.
Il était bien convenu que les détériorations dues aux travaux forestiers et aux transports de grumes seraient prises en charge par les exploitants forestiers.
Je suis incapable de mettre une date exacte à ces prises de décisions mais je sais que tout cela a eu lieu dans les années 1970 à 1974, date de ma mission au Parc Naturel Régional. Les comptes-rendus du Conseil Général et ceux des conseils municipaux de l’époque doivent selon toutes probabilités en faire état.
Je reste à votre disposition pour vous aider éventuellement de mes souvenirs dans la poursuite de votre action et vous prie de croire, Mr le Président, à l’assurance de mon amicale considération.

P du Pontavice

Ancien Directeur de la Fédération des Parcs Naturel de France
Officier de la Légion d’honneur

Cliquer ici pour donner 1 étoiles Cliquer ici pour donner 2 étoiles Cliquer ici pour donner 3 étoiles Cliquer ici pour donner 4 étoiles Cliquer ici pour donner 5 étoiles
Cliquer sur le nombre d'étoiles à attribuer.
Voter
Note : 18.1/20.